Milan 2019: un week-end dans une mégapole italienne

Cette année, pour la première fois de ma vie, j’ai eu l’occasion de me rendre en Italie. Destination : Milan, pour un week-end de découvertes et de tourisme.

Milan : le logement

Avec deux copines, et une amie de l’une d’elles, une fois que nous avons choisis dans quelle ville d’Italie nous nous rendrons pour le week-end, il a fallu choisir le logement. Ce qui n’est pas une mince affaire avec la quantité d’offres que l’on retrouve aujourd’hui, nous devions également prendre en compte les contraintes budgétaires et les préférences de chacune. Alors… hôtel, Airbnb, auberge de jeunesse ? On a passé en revue des tas d’établissements et de logements avant de finalement nous tourner vers une chambre privée pour 4, avec salle de bain comprise, au sein d’une auberge de jeunesse.

Celle que nous avons choisis s’appelle Meininger, située via Privata Giovanni Calvino. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’on y a été très bien reçues, par un personnel très poli et accueillant. Pour notre séjour de deux nuits, nous avons réglé environ 54€ chacune. Ce qui est plus que convenable pour un logement au sein de cette auberge qui était très propre, avait une déco très sympa, et proposait une offre petit-déjeuner (payante en supplément) très intéressant. La station de métro 5 Cenizio était située à moins d’une dizaine de minutes à pieds, de cet établissement, situé dans un quartier résidentiel très calme.

Milan : la nourriture

Lors de notre première soirée sur place, nous nous sommes rendues dans un restaurant. Objectif : goûter à la fameuse gastronomie italienne ! Nous avons dîné à Farinella, un restaurant italien traditionnel, situé près du château des Sforza. Pour moi, c’était un réel régal. J’ai opté pour une pizza 4 fromages (qui est le genre de pizza que je déteste le plus habituellement) pour savoir si celle-ci aurait un goût différent de celles que j’ai pu manger jusque-là. Et à ma grande surprise… c’était le cas ! Rien à voir avec les pizzas industrielles Sodebo, et bien meilleur que celles de chez Domino’s (desquelles je suis pourtant une fan inconditionnelle). Une authentique pizza 4 fromages, c’est juste une dinguerie ! La même soirée, j’ai aussi goûté un plat de pâtes. Une de mes amies n’aimait pas l’assaisonnement de la nourriture qui lui avait été servie . Personnellement, dès la première bouchée, j’avais été séduite par ces pâtes fondantes, crémeuses et vraiment savoureuses.

Lors de notre première soirée sur place, nous nous sommes rendues dans un restaurant. Objectif : goûter à la fameuse gastronomie italienne ! Nous avons dîné à Farinella, un restaurant italien traditionnel, situé près du château des Sforza. Pour moi, c’était un réel régal. J’ai opté pour une pizza 4 fromages (qui est le genre de pizza que je déteste le plus habituellement) pour savoir si celle-ci aurait un goût différent de celles que j’ai pu manger jusque-là. Et à ma grande surprise… c’était le cas ! Rien à voir avec les pizzas industrielles Sodebo, et bien meilleur que celles de chez Domino’s (desquelles je suis pourtant une fan inconditionnelle). Une authentique pizza 4 fromages, c’est juste une dinguerie ! La même soirée, j’ai aussi goûté un plat de pâtes. Une de mes amies n’aimait pas l’assaisonnement de la nourriture qui lui avait été servie . Personnellement, dès la première bouchée, j’avais été séduite par ces pâtes fondantes, crémeuses et vraiment savoureuses

Pendant ce week-end, j’ai aussi eu un coup de cœur pour une pâtisserie italienne typique: les cannolis. J’ai goûté ceux à la pistache et au chocolat, et je ne peux que les recommander. C’est délicieux.

Milan: les découvertes

La piazza del Duomo: le premier endroit que nous avons visité est la piazza del Duomo, sur laquelle trône la fameuse cathédrale. C’est un peu le spot phare de la ville, celui où on croise des touristes par milliers, qui viennent de tous les horizons, mais aussi, des vendeurs à la sauvette, proposant des parapluies, ou bien des miettes de pain pour être photographiée en train de nourrir les pigeons (un concept très original à fort potentiel instagramable)

Ensuite, nous nous sommes promenées dans la galerie Vittorio Emanuele II, qui est impressionnante, de par son architecture et les nombreuses boutiques de luxe qu’elle abrite. Ensuite, nous avons continué à nous promener dans le quartier, tout en faisant un peu de shopping. Notamment dans des enseignes purement italiennes comme : Yamayay, Carpisa, Silvian Heach.

Le quartier de Navigli

Pendant mon Erasmus (dont je vous parlerai dans un prochain article) j’ai eu l’occasion de côtoyer des italiens qui étudiaient à Milan. L’un d’eux m’a fait des recommandations sur les coins incontournables à voir ou visiter dans la ville. Parmi ses recommandations : le quartier de Navigli, connu pour être l’endroit où les jeunes sortent. Effectivement, le soir où nous y sommes allés, nous avons croisé beaucoup de jeunes italiens, mais également des internationaux, étant donné que j’ai entendu des personnes parler en anglais dans le métro. Une fois sorties des transports en commun, et après avoir suivi des gens qui se dirigeaient vers une rue animée, nous ne savions pas où aller. Pour nous décider, nous avons descendu la rue en tentant de repérer les endroits où il y avait le plus d’ambiance.

Notre choix s’est finalement tourné vers Blue Note, un bar lounge, qui propose aussi une offre de restauration. On y a bu des cocktails, et on s’est (légèrement) déhanché sur de la musique généraliste actuelle.

Ensuite, aux alentours de minuit, on a voulu retourner dans notre auberge de jeunesse. Le soucis, c’est que les derniers métros passent à minuit à Milan. On a réussi à avoir le dernier sur la première ligne que nous devions prendre, mais nous ne sommes pas arrivées à temps pour faire la correspondance. Pour rentrer, on a du prendre un bus de nuit et un tram. Si vous projetez de faire une excursion milanaise, prévoyez un budget Uber si vous voulez être libre de vos mouvements en soirée.

La Fondation Prada

Le deuxième jour, était celui de la visite culturelle. J’ai passé l’après-midi à la Fondation Prada. Un centre dédié à l’art, réparti sur deux sites différents. Le plus important se situe près du quartier de Vigentino. Et la seconde partie au sein de la galerie Vittorio Emanuele II. Pour une dizaine d’euros, on peut avoir accès aux deux bâtiments de la Fondation, ainsi qu’à la partie de la fondation qui se trouve dans le quartier Duomo (tarif jeune)

Dans le premier bâtiment du site de Vigentino, je me suis retrouvée face à des pièces d’art tirées de la collection d’une personne dont je n’ai pas retenu le nom. J’ai vu quelques belles pièces, mais aucune ne m’a réellement fascinée. En revanche, j’ai trouvé beaucoup plus intéressantes les œuvres exposées dans la deuxième partie du centre d’art. Celles-ci étaient beaucoup plus pop. Parmi mes installations préférées : celles avec les voitures rouges, celle représentant des champignons, ainsi qu’un tableau abordant la question du consentement. L’installation la plus surprenante est sans doute celle qui nous invite à marcher dans le noir.

L’Arc de Triomphe

Le jour du départ, avant de quitter Milan, nous tenions à effectuer deux dernières visites. En premier lieu, nous voulions nous rendre dans le quartier de Chinatown. On voulait comparer avec la version londonienne. Une fois arrivées sur place, nous avons constaté que le Chinatown italien n’a rien à voir avec le londonien. Il s’agit simplement d’un quartier, où sont concentrés énormément de restaurants chinois, de boutiques revendant des vêtements made in China, mais aussi des épiceries asiatiques. On est d’ailleurs partie faire un tour dans l’une d’elles. Tandis que mes copines se sont acheté du matchs, j’en ai profité pourm’acheter de l’encens. Quand nous avons finis nos achats, nous nous sommes mises en route pour aller voir l’Arc de Triomphe.

.

Celui de Milan m’a paru assez similaire à celui qui se trouve à Paris, mais je crois que l’ensemble des statues qui le surplombent le rendent un peu plus travaillé. Après cette ultime visite, nous sommes parties déjeuner

Être noire à Milan

Pour conclure cet article, je voulais partager avec vous mon ressenti de voyageuse noire. En tant que femme afro, je comprends que l’on puisse être réticente à l’idée de voyager en Italie, car on a souvent des échos d’histoires racistes se déroulant dans ce pays.

Lors de mon court week-end à Milan, je n’ai pas eu l’impression d’avoir subit énormément de négrophobie. La seule chose « bizarre » qui me soit arrivée, c’est qu’une mamie se soit levée précipitamment après que je me sois assise à côté d’elle dans le tram. Autrement, avant de partir, moi et une de mes amies (nous devions quitter Milan après nos deux autres camarades) avons remarqué que les gens nous fixaient quand on parlait dans le métro. Je crois que c’est dû au fait que les italiens ne sont pas habitués à voir des noirs parler français. Ils s’attendent sans doute à ce que l’on parle une langue africaine je pense, ou bien anglais (dans le cas de touristes américains). En dehors de ces regards étranges, j’ai trouvé qu’il faisait bon vivre à Milan. Et j’étais très heureuse de constater que des familles noires avaient également choisis cette destination ce week-end là.